J1 : Nous enrichir de nos différences

Témoignage d’une déclinaison régionale de la première biennale

Plusieurs personnes nous accueillent provenant de différents mouvements : Les Ceméa Pays de la L ire, CRAP Pays de la L ire, l’OCCE, et le Lycée expérimental de Saint-Nazaire. Des représentants de ces différentes associations profitent de ce temps pour nous parler d’une rencontre qui s’est déroulée le 13 et le 14 octobre 2018 faisant suite à la première Biennale, avec l’envie qui y avait émergé de mieux se connaître en région. 

Pour faire vivre cette journée, ils avaient réfléchi à plusieurs dispositifs, qu’ils nous font découvrir : 

  • Un dispositif pour apprendre à se connaître à 2/3, un temps prescrit d’écoute de 3 min pour répondre à ces trois questions : Le Groupe d’Interview mutuel (GIM)  : un moment qui a contribué à mon engagement dans l’association que je représente aujourd’hui, quelle est ma fonction et mon investissement dans cette même association et quelles sont vos attentes ?
  • Jeu des post-its : En jaune : un mot qui caractérise votre mouvement. En rose : un préjugé, une idée reçue sur 1 ou deux mouvements. Vert : un mot sur un ou deux autres mouvements, une représentation que tu as construite de ce mouvement. Réaction à chaud : « C’est marrant. » « Je trouve ça vachement intéressant. » « On peut pas le dire à quelqu’un, mais on peut le marquer, et ça fait réfléchir. » « Ça me permet de découvrir cette association ! »
  • Petits groupes de 4/5 personnes de discussions pour échanger sur ces post-its. Voici ce qui en ressort :

L’OCCE : ça apparaît comme une structure financière, mais il y a aussi une dimension forte éthique et pédagogique, il y a une proximité entre l’ICEM et l’OCCE. OCCE = Office central de la coopération à l’école, créé en 1929. Les écoles publiques françaises ne sont pas des personnes morales, elles ne peuvent aller dans une banque pour avoir des financements, l’OCCE permet de se monter à coopérative scolaire, là où l’on donne l’argent. Quel est le rapport avec l’éducation nouvelle ? Une essence de l’esprit Freinet, comment ça se concrétise ? Par le biais de la coopération. Il y a un outil commun, le conseil de coopérative. Document de cadrage des coopératives scolaires : en principe les élèves devraient être associés. Dans les 3/4 du temps, ce n’est malheureusement pas le cas.

L’ICEM : institut coopératif créé par Celestin Freinet et tous ses amis dans les années 20, caractérisées par un mouvement de prof, beaucoup trop centré sur leurs classes, qui pratiquent le tâtonnement expérimental, et sont souvent assez laxistes, des militants passionnés. Non, en fait l’ICEM, c’est une association très institutionnelle avec beaucoup de règles. Après n’y aurait-il pas de poussière à souffler derrière ces grands pontes, de nouveaux pédagogues à mettre en avant ? Reste cette question.

FIMEM : Fédération internationale des mouvements de l’école moderne. C’est le mouvement Freinet nationale. Idée reçue : des vieux. Que veut dire moderne dans ce contexte ? Choisi par Freinet pour dire qu’on suit notre temps.

CRAP : cercle de recherche et d’action pédagogique, c’est assez connu, c’est un mouvement très identifié par rapport à sa revue, et le point fort de ce mouvement c’est l’articulation théorie pratique. Avec en critique : est-ce que c’est juste une publication ? Non, il y a aussi des rencontres. Est-ce que ce ne serait pas trop théorique ? En effet, cette revue nécessite une certaine culture pédagogique pour y accéder.

FESPI : Fédération des établissements scolaire publics innovants, il y a le lycée de Poitiers, le LAP, le CLE, tous les établissements expérimentaux sauf le lycée de Saint-Nazaire, parce qu’il y avait une différence de point de vue sur la cooptation de ce lycée. Il y a des rencontres entre ces établissements. 2005.

Les CEMEA : créé en 1937. Centre d’entraînement aux méthodes d’éducation active. Des valeurs considérées comme utopiques. Travail sur les déconstructions. Aménagement de l’espace. Des valeurs portées par des méthodes actives pluridisciplinaires, des rencontres et de l’entre-aide. Pour diffuser les valeurs et les pratiques, un mouvement qui fait de l’animation, des formations, et qui prend en compte les apprentissages informels. Ouverture, et rayonnement international. Organisme de formation, et mouvement d’éducation.

Le lycée expérimental de Saint-Nazaire : la coopération pour se construire dans un esprit de liberté. Des personnes le trouvent marginal de ce fait. 1982, il fait partie des 4 Lycées crée par Alain Savary.

École nouvelle la source : une école privée sous contrat crée en 1946 par Châtelain et Coussinet, dans le 92 à Meudon. On était nombreux à ne pas connaître, alors il y a peu de post-its. Ouverture à l’internationale. Pas assez connu, mais des liens et un travail important autour des droits de l’enfant.

GFEN : plutôt que des grands discours, des actions avec les enfants. Émanciper, égalité, transformer, penser, considéré comme des experts. Une éducation populaire. Idées reçues : est-ce que c’est que de la francophonie ? Soixante nuitards ? Intégristes ? Que du cognitif ? Ils rencontrent une grande difficulté du fait du timing des activités, chacun ne peut que construire son savoir, par le biais d’une activité, le parti pris d’agir, 1922.

-> la version internationale : le lien.

– Rivière de positionnements : sur la thématique de la place de l’éducation nouvelle dans ces mouvements, et notamment : ne devrions-nous pas nous fédérer pour avoir plus de portée ? Est-ce qu’aujourd’hui les mouvements d’éducation nouvelle sont intégrés dans notre système d’éducation classique ?

Partagez !

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email