J2 : Autodéfense numérique

CEMEA – Mardi 29 octobre

Permettre à chacun.e : – de comprendre les enjeux que représente l’usage de mes données personnelles ; – de comprendre le fonctionnement des trackers, des algorithmes ; – de comprendre les enjeux « politiques » du modèle d’organisation du net tel qu’il existe actuellement, – de mieux comprendre les enjeux et ressources du « libre », de l’interopérabilité et de la décentralisation du net. – d’apprendre à mieux se protéger (et protéger les autres) au quotidien dans sa pratique numérique.

«  Quand on fait un choix, on choisit celui qui satisfait notre confort ou notre éthique  »

La salle informatique est réquisitionnée, ornée de posters vantant les mérites d’applications alternatives à utiliser sur Android et de livres sur les autres solutions possibles. Nous nous asseyons côte à côte quand Pascal Gascoin nous précise que l’atelier est là pour se défendre soi-même, mais aussi contribuer à «  une autre révolution du numérique  ».

Entre novices et connaisseurs des réseaux sociaux et outils numériques, entre inquiétudes liées à la méconnaissance de ce grand nuage de données et curieux de nouvelles méthodes plus éthiques, tout le monde est réuni.

«  Nous sommes là pour construire un numérique conforme à nos valeurs  »

Pascal nous invite à imaginer que l’on donne nos données personnelles à quelqu’un que l’on ne connaît pas, lui fait-on confiance  ?  Il nous conseille d’utiliser des logiciels libres  ; non pas un logiciel à accès gratuit, mais un logiciel qui est distribué sous une licence libre. Ils sont fiables car on peut les distribuer librement et les corriger par exemple. Open Office l’est, à la différence de Word.

En tant qu’utilisateur d’internet, faire nos recherches sur Qwant sera plus sécuritaire que Google, Qwant ne gardant pas nos données pour nous envoyer des publicités personnalisées ou revendre nos informations, comme on a pu le voir dans de précédents scandales.

Aucun coin d’internet n’est épargné, les réseaux sociaux connus de tous ont aussi leurs alternatives, comme Mastodon, sur lequel on trouve les Ceméa  !

Bref, chaque application ou logiciel que nous utilisons habituellement peut être laissé pour un logiciel libre, qui nous est utile de la même manière, à la différence qu’il est sécuritaire pour notre vie privée et notre navigation.

Les informations supplémentaires sont disponibles sur le lien suivant  : https://lstu.fr/at-num-bien (mot de passe  : biennale)

Autres liens utiles pour en savoir plus  :

https://degooglisons-internet.org/fr/

Partagez !

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email